Pourquoi il ne faut pas manquer “Peintures des Lointains”, la dernière expo du Quai Branly

Le quai Branly met la peinture à l’honneur en organisant une grande exposition de ses œuvres sur toiles. Un véritable voyage dans les “pays lointains” et les cultures d’ailleurs, vus par les occidentaux de l’époque.

Pas moins de 220 tableaux, des portraits d’Amérindiens de Catlin au tahitiennes de Matisse et de Gauguin, seront exposés dès le 30 janvier au musée du Quai Branly. Un voyage à travers les “nouveaux” mondes, exotiques et lointains, et les époques, de la découverte à la colonisation.

AOF – Togo – Cameroun © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Enguerran Ouvray

Comme pour chacune de ses expo, le musée mise autant sur la qualité des œuvres que sur la pertinence de la narration. Ainsi, l’expo ludique raconte et questionne la rencontre avec l’Autre et l’Ailleurs et l’évolution du regard artistique face à l’inconnu.

Trois voyages, trois époques, trois regards

Le musée nous propulse dans une Europe dominatrice : l’Europe à la veille de la colonisation. Car c’est bien ici même que l’on était le plus fasciné par ces toiles d’un monde encore méconnu, raconté par des artistes voyageurs.

Au fil de l’exposition nous passons par les différentes émotions et regards vis à vis de cette nouveauté dans l’art : tout d’abord l’exaltation de la couleur et de la lumière qui a fait naître l’orientalisme, par exemple, ce portrait faussé d’un orient plein de richesses et de volupté, puis des œuvres plus réalistes mais toujours stéréotypées, entre portraits et scènes de vie, avant de représenter la colonisation dans tout son narcissisme et sa supériorité.

Duco Sangharé – Peuhl © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Claude Germain

Entre onirisme et naturalisme, fantasme et documentaire, romantisme et propagande coloniale, l’exposition montre et explique l’histoire artistique et politique derrière chacune des toiles.

Bref, une exposition qui ravira autant pour ses œuvres superbes (l’orientalisme a donné des toiles aussi mensongères que sublimes) que pour son histoire bien documentée et son invitation au voyage. On en sort des étoiles plein les yeux et la tête remplie de nouvelles réflexions.

À partir 30 janvier, 37 Quai Branly, 75007 Paris

© musée du quai Branly – Jacques Chirac

Photo de bannière : La Fête arabe dans la campagne de Tlemcen © musée du quai Branly – Jacques Chirac, photo Claude Germain

(Visited 211 times, 1 visits today)

Ads

You May Also Like

David Hockney revient avec une double exposition à Paris !

Vous aviez adoré la rétrospective de David Hockney ? Ne manquez pas sa double expo à la galerie Lelong ...

Double exposition sur l’histoire aérienne de la sculpture abstraite au Palais d’Iéna

Un siècle de sculpture suspendue et abstraite (1918-2018) sera présenté à travers plus de 50 œuvres réalisées par ...

Une expo entre le rêve et le creepy ouvre au palais de Tokyo

Encore un jour banane pour le poisson rêve, une nouvelle exposition entre rêve et frayeurs débute demain 22 ...