×

TAPEZ VOTRE RECHERCHE ET APPUYEZ SUR ENTRÉE

Chargement...
À faire Culture

Les événements les plus insolites qui se sont produits à Paris !

By Charley Zaragoza

événements les plus insolites histoire paris bizarre légendes urbaines

En plus d’une culture et d’une histoire riche, la capitale renferme aussi un passé insolite et bizarre. De l’anecdote amusante aux événements véritablement glaçants, petit tour d’horizon de l’histoire insolite de Paris ! 

Éléonore, le crocodile des égouts de Paris

crocodile des égouts paris éléonore nil reptile

On commence en douceur avec l’une des anecdotes insolites les plus connues de Paris. En 1984, deux égoutiers travaillant sous la capitale près du Pont Neuf font une découverte quelque peu étonnante… Au lieu des habituels rats qui les accompagnent lors de leurs missions, ils sont tombés ce jour-là sur un crocodile du Nil ! Le spécimen âgé de 2 ans, assez petit, mesure 70 à 80 centimètres. Assez pour donner une belle frayeur aux deux hommes, qui appellent à la rescousse les pompiers de Paris qui arrivent à capturer l’animal. Probablement abandonné par ses propriétaires lorsqu’elle a grandi, le crocodile baptisée Éléonore est envoyée à l’aquarium de Vanves, avant d’être transférée à la Ferme aux Crocodiles de Pierrelatte dans la Drôme, où elle vit aujourd’hui des heures paisibles (et mesure plus de 3 mètre de long). Un crocodile de cette espèce peut vivre entre 70 et 100 ans.

Quand les Parisiens mangeaient les animaux du Jardin des Plantes

elephants siège de paris jardin des plantes viande histoire

En parlant d’animaux… Lors du Siège de Paris en 1870 et 1871 par l’armée prussienne, les temps ont été rudes pour les Parisiens. Confrontés au rationnement, au manque d’approvisionnement et donc à la famine, les mets les plus fins de la capitale étaient devenus les chevaux de la ville, les rats des égouts, les chats et chiens errants de la ville. Et même les deux éléphants du jardin d’acclimatation, Castor et Pollux. Face à la famine, les boucheries parisiennes de l’époque ont dans leurs vitrines des viandes bien inhabituelles : kangourou, antilope, zèbre, chameau… Un musée des horreurs comestible.

Midi pétante… Littéralement

canon du palais royal paris midi pétante

Aller, un peu de légèreté après cette histoire à retourner l’estomac. De 1786 à 1911, à Paris, il était commun d’entendre un coup de canon venant des jardins du Palais Royal tous les jours à midi. Enfin, tous les jours où il faisait beau. En effet, un horloger de la capitale avait installé un canon en bronze au milieu des jardins, activé par une mèche allumée par une loupe qui concentrait la lumière du soleil à midi pile. D’où l’expression « pétante » pour désigner l’heure !

Quand un poète promène son homard de compagnie dans Paris

homard de compagnie poète gérard de nerval paris

On reste aux jardins du Palais Royal pour une anecdote complètement barrée, comme l’homme responsable de cette histoire ! Le poète romantique Gérard de Nerval, protégé prometteur de Victor Hugo, sombre malheureusement dans la folie assez tôt dans sa vie. Artiste torturé comme bien d’autres, il subit en plus une grande déception amoureuse. En 1841, le poète va sombrer dans une première crise de désillusion, et balader son homard de compagnie dans les chics jardins du Palais Royal. Un événement complètement insolite qui ne passera pas inaperçu, auquel le poète répondra « en quoi un homard est-il plus différent qu’un chien, un chat, qu’une gazelle ou un lion ? » Si vous le dites, Gérard… Malheureusement, sa folie l’amènera à se pendre d’un lampadaire près de l’Hôtel de Ville en 1855.

Un loup dans le parc Monceau

loup parc monceau paris insolite animaux

Paris, ou les Pyrénées ? On reste dans une catégorie animalière avant de vous donner des anecdotes sombres, avec un loup dans le 8ème arrondissement ! En effet, en 1972, un vétérinaire fait une observation étrange. Le chien agressif qui vient de s’échapper de son propriétaire et qui a été retrouvé en plein cœur du petit parc parisien n’est en réalité pas un chien, mais un loup ! Le maître, un propriétaire de cabaret à Paris, avait cru acheter un chien. Mais en grandissant, son gros toutou s’est avéré être un canis lupus : un vrai loup !

La maison des horreurs de l’Île de la Cité

rue des marmousets affaire faits divers paris horreur

Saviez-vous que Sweeney Todd, le film sur le barbier londonien meurtrier, est en partie inspiré d’un rumoré fait divers parisien ? Pour connaître l’histoire glauque de cette maison des horreurs, il faut remonter jusqu’en 1387, à l’ancienne rue des Marmousets sur l’Île de la Cité. À l’époque, un barbier et un pâtissier sont voisins. Mais plus que deux commerçants exerçant côte à côte, les deux hommes mènent un business commun macabre. En effet, le barbier choisissait ses victimes, les tuait puis les dépeçait, avant de faire passer les restes humains consommables par une trappe qui menait directement chez le pâtissier. Celui-ci réalisait ensuite des pâtés de viande humaine, ainsi que des tourtes à la viande, encore une fois humaine. L’histoire raconte que l’on s’arrachait ses pâtisseries à Paris, jusque dans la cour du Roi. Mais en 1387, le chien de l’une des victimes ne veut pas partir du barbier, alors que son maître vient d’être assassiné. Les voisins et la police sont alertés, et une fouille du magasin du barbier a dû retourner l’estomac des enquêteurs présents : des dizaines d’ossements et restes humains, et un lien direct vers la pâtisserie. Les deux hommes furent immédiatement arrêtés et brûlés vifs en place de Grève, aujourd’hui parvis de l’Hôtel de Ville. Quant aux deux magasins, ils ont été rasés. Sympa, le Moyen-Âge à Paris ! (Cette histoire relève peut-être plus de la légende urbaine que du véritable faits divers).