La piétonnisation des rives de Seine validée par la justice

Ouf, nouveau rebondissement dans l’histoire des quais de Seine !  Après l’annulation de la fermeture des quais par la cour administrative d’appel de Paris ce lundi 22 octobre, c’est finalement la Mairie qui a remporté la bataille avec un nouvel argument : protéger les quais, patrimoine mondial de l’UNESCO !
« Nous ne rouvrirons plus les berges aux voitures »

Malgré la décision de la cour lundi, la mairie était catégorique : les quais de Seine ne rouvriront pas aux moteurs ! Et elle avait vu juste : après le jugement défavorable en première instance (en février dernier), elle avait pris un nouvel arrêté : le texte, publié le 6 mars, ne parle plus de la qualité de l’air mais uniquement de la protection d’un site classé au Patrimoine mondial de l’humanité depuis 1991 et qui, selon la Mairie, a accueilli « plus de 2,4 millions de visiteurs en deux ans ». Ce nouvel arrêté a lui aussi été attaqué devant le tribunal administratif, qui a rendu son verdict aujourd’hui !

La fermeture des quais de Seine aux voitures avait été appliquée en octobre 2016, et depuis farouchement combattue par Valérie Pécresse, présidente du conseil régional d’Ile-de-France, avec le maire (LR) du 1er arrondissement Jean-François Legaret et l’association 40 Millions d’automobilistes.

Mais les quais resteront bien fermés aux voitures, au grand bonheur des piétons ! Cheers !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Sarah (@mrsdeyarmond) le

(Visited 367 times, 1 visits today)

Ads

You May Also Like

6 mois de prison ferme pour l’homme qui avait giflé Marie Laguerre en pleine rue cet été

Le procès avait été retardé au 4 octobre. Hier, le jugement est tombé : 1 an de prison dont ...

La Grand Roue de Paris gratuite jusqu’à sa fermeture !

La Grand Roue fermera ses portes le 18 mai au soir, et pour marquer le coup, elle sera ...

Soyons Humains, la campagne qui dénonce le mobilier anti-SDF

De plus en plus subtiles, les constructions urbaines qui visent à chasser les sans-abris se multiplient. Et l’Abbé ...