5 expos à ne pas rater ce printemps

En quête d’activité culturelle ? Et pourquoi ne pas faire un tour au musée ? Voilà 5 expos à ne pas rater ce printemps à Paris !
Dessiner, découper au Musée Rodin

Si Rodin reste aux yeux du public un sculpteur, ses dessins sont, dit-il, « la clé de mon œuvre ». L’exposition Rodin, Dessiner, Découper, révèle au public près de deux cent cinquante dessins au sein desquels quatre-vingt dix ont pour particularité le découpage et l’assemblage de figures. Jouant de la mise en espace de ces corps, ce procédé révèle des silhouettes découpées audacieuses et un dynamisme d’une grande modernité. L’exposition, initialement prévue jusqu’en février, a tellement bien fonctionné qu’elle est prolongée jusqu’au 7 avril !

Jusqu’au 7 avril 2019

museerodinparis
Rouge. L’art au pays des Soviets au Grand Palais

L’exposition Rouge. Art et utopie au pays des Soviets vient tout juste de commencer au Grand Palais ! Plongez dans le passé soviétique à travers plus de 400 œuvres conçues dans un contexte social et politique particulier. L’exposition interroge la manière dont le projet de société communiste a engendré des formes d’art spécifiques. Bref, une expo aussi historique qu’artistique, à voir absolument !

Jusqu’au 1er juillet 2019

le_grand_palais
Toutânkhamon : le trésor du pharaon à La Villette

Le Ministère des Antiquités égyptiennes présente une exposition immersive avec plus de 150 pièces maîtresses, dont 50 qui voyagent pour la première fois hors d’Égypte ! L’exposition Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon est accueillie un peu partout dans le monde avant de s’installer définitivement au Grand Musée égyptien, actuellement en construction au Caire sur le plateau de Gizeh.150 objets majeurs sont réunis dans cette grande exposition dédiée au pharaon Toutânkhamon à la Villette !

Jusqu’au 15 septembre 2019

la_villette
Computer Grrrls à la Gaîté Lyrique

La Gaîté Lyrique vous invite à découvrir une nouvelle exposition très riche, qui porte sur la place (oubliée) de la femme dans l’informatique et de l’impact des technologies sur notre vie quotidienne. 23 artistes, “des girls bien badass”, vous propose un parcours riche, parsemé de questions et de réflexions, construit par des vidéos, des oeuvres plastiques, des performances, des projets interactifs, ou VR, des impressions 3D, et même du hack d’intelligence artificielle.

Jusqu’au 14 juillet 2019

Suzanne Treister, „Survivor (f)“, 2016-2018 und „Asicene – Post-Singularity Epoch of Artificial Super Intelligence Inhabitation of Earth“, 2018, beide Arbeiten Courtesy of the artist and Annely Juda Fine Art, London. In der Ausstellung: „Computer Grrrls“, HMKV im Dortmunder U, 27. Oktober 2018 – 24. Februar 2019, Foto: Hannes Woidich
Le modèle noir de Géricault à Matisse au musée d’Orsay

En adoptant une approche multidisciplinaire, entre histoire de l’art et histoire des idées, cette exposition se penche sur des problématiques esthétiques, politiques, sociales et raciales ainsi que sur l’imaginaire que révèle la représentation des figures noires dans les arts visuels, de l’abolition de l’esclavage en France (1794) à nos jours. Elle explore notamment la manière dont la représentation des sujets noirs dans les oeuvres majeures de Théodore Géricault, Charles Cordier, Jean-Baptiste Carpeaux, Edouard Manet, Paul Cézanne et Henri Matisse, ainsi que des photographes Nadar et Carjat, évolue.

Jusqu’au 21 juillet 2019

museeorsay
(Visited 1 times, 1 visits today)

Tags:

';return t.replace("ID",e)+a}function lazyLoadYoutubeIframe(){var e=document.createElement("iframe"),t="https://www.youtube.com/embed/ID?autoplay=1";t+=0===this.dataset.query.length?'':'&'+this.dataset.query;e.setAttribute("src",t.replace("ID",this.dataset.id)),e.setAttribute("frameborder","0"),e.setAttribute("allowfullscreen","1"),this.parentNode.replaceChild(e,this)}document.addEventListener("DOMContentLoaded",function(){var e,t,a=document.getElementsByClassName("rll-youtube-player");for(t=0;t