×

TAPEZ VOTRE RECHERCHE ET APPUYEZ SUR ENTRÉE

Chargement...
À faire Culture Top Nouveautés

« Solitude » la première statue de femme noire ENFIN bientôt érigée à Paris !

Laura Coll Laura Coll

Mulâtresse Solitude Rosalie Première statue de femme noire bientôt érigée à Paris

À Paris, alors que l’on dénombre près d’un milliers de statues, 300 sont érigées à l’effigie d’hommes illustres pour seulement 40 statues de femmes ayant marqué l’histoire. Parmi elles, c’est à regret que l’on n’observe aucune femme noire. Mais cela est sur le point de changer… 

La première statue de femme noire bientôt érigée à Paris !

Mulâtresse Solitude Rosalie Première statue de femme noire bientôt érigée à Paris
Jardin Solitude, Paris 17

Samedi 26 septembre 2021, c’est dans le 17ème arrondissement de Paris qu’Anne Hidalgo inaugurait un jardin portant le nom de « Solitude » Guadeloupéenne disparue en 1802 et figure forte de la résistance des esclaves noirs. Bientôt, s’en suivra ainsi l’installation d’une statue représentant la « Mulâtresse » tels qu’étaient désignés les personnes nées d’un parent noir et d’un parent blanc au temps du colonialisme. Si une statue en hommage à la « Mulâtresse Solitude » est déjà érigée aux Abymes en Guadeloupe, l’installation de la sculpture de l’héroïne guadeloupéenne à Paris se veut forte en symbolique. Elle incarnera en effet la première statue de femme noire érigée dans la capitale et viendra remplacer la statue aujourd’hui disparue d’un homme, celle du général Dumas.

Solitude, figure forte de la lutte contre l’esclavage

Mulâtresse Solitude Rosalie Première statue de femme noire bientôt érigée à Paris
Statue de la Mulâtresse Solitude – Les Abymes – Guadeloupe

Mais qui fut « Solitude », première femme noire à avoir sa statue à Paris ? Née dans les années 1770 et fille d’une esclave violée par un marin lors de sa déportation aux Antilles, Rosalie – de son vrai nom – fut rendue libre par le décret de l’abolition de l’esclavage en 1794. Mais en 1802, alors que les troupes françaises débarquent en Guadeloupe sur ordre de Bonaparte en vue de rétablir l’esclavage, c’est aux côtés d’anciens esclaves que Rosalie prend les armes sous l’impulsion de Louis Delgrès et Joseph Ignace, appelant alors à la résistance. Si ce combat se solde par une défaite, Rosalie, alors enceinte de 3 mois est alors arrêtée par les forces coloniales de Napoléon. Emprisonnée et condamnée à mort, elle est finalement exécutée le 29 novembre 1802, au lendemain de son accouchement. Avant d’être pendue, Rosalie aurait prononcé ces derniers mots « Vivez libres ou mourrez. »

Image à la Une : Denis Cosnard sur Twitter

À lire aussi : 

👉 Où trouver les statues de femmes érigées à Paris ? 

👉Journée des droits des femmes : La Poste dévoile un timbre à l’effigie de Simone de Beauvoir !